Nouvelle Chance ~
Hellow hellow les gens curieux!
Ici, nous avons optez pour une histoire plus originale que les humains qui domines les hybrides! Hâtez-vous d'aller voir!
J'avertis pour tout ceux et celles qui sont moins porter au HentaiYuriYaoï! Ce forum n'est pas porté QUE sur la «pornographie», alors vous pouvez vous y inscrire sans mal. Faites juste attention où vous mettez les pieds.
Autre avertissement, ce forum n'accepte que des gens de 16 ans et plus. Vous comprendrez pourquoi...(Le H/Y/Y évidement!) À cet âge, nous vous pensons assez mature pour décider de ce qui est bon pour vous ou pas.
N'hésitez pas à lire le règlement pour tout autre info sur le H/Y/Y.
Bonne journée à vous et bon voyage sur notre forum!


Quand l'animal prend le dessus sur l'humain, n'est-ce pas la fin de notre monde? [H/Y/Y]-[16+]
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 «Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.» [Terminée~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Breena Westburry

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 13/08/2012

Feuille de personnage
Quel animal réside en vous?: Homo sapiens
Phrase du jour! ☻: L'espoir nous fait vivre et nos déceptions nous font mourir....
Maitre/humain possédé ♥:

MessageSujet: «Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.» [Terminée~]   Lun 13 Aoû 2012 - 22:33




Je me présente.



Dans la vrai vie.

Age: Je suis majeur et vaccinée.
Disponibilité: Souvent, ça dépend surtout des sujets en cours.
Niveau de rp: Disons  «okay»


Ton personnage.

Prénom: Breena, Bree pour les intimes.
Nom: Westburry
Pays d'origine: États-Unis d’Amérique.
Race ( Si hybride ou bâtard précisez l'animal en vous): Humaine
Age:18 ans
Taille: 1m 56
Poids: 47kg
Caractéristique physique ( cicatrice tatouage etc )(facultatif): Bree est de petite taille, dans les 1m 55 environ. Mais les proportions de son corps donnent l’illusion d’une fine silhouette élancée lorsqu’on la regarde de loin. Ce n’est que de près ou lorsqu’elle passe près de quelqu’un de taille normale que l’on comprend que l’on s’est fait avoir. Sans rondeurs superflues ou disgracieuses, la jeune femme n’a rien à envier aux autres. En effet, Bree apprécie les formes que mère nature à juger bon de lui offrir, de la taille de sa poitrine à la largeur de ses hanches, elle ne changerait rien. Sa dense crinière couleur de feu à tendence à s'approprier différentes teintes d'orangé lorsque le soleil s'y fofile. Elle possède de grands yeux bleus, si intenses qu'ils semblent phosphorescenta, mais qui la trahissent plus que de raison puisqu’il offre une fenêtre toute grande ouverte sur ses états d’âme. Chacune de ses émotions y sont lisibles d’une clarté effarante. Ses traits fins et discrets, qui n’ont jamais réellement été examinés par le passé, s'harmonisent très bien à sa mâchoire peu prononcée qui néanmoins se termine en un menton découpé au couteau, aux fossettes qui apparaissent lorsque qu'elle sourit ainsi qu’à son nez étroit au bout pourtant arrondi. Sa bouche quant à elle représente un véritable mystère de la vie. Sa lèvre supérieure, que l’on jurerait taillée au couteau, semble appeler les lèvres inconnus au plus savoureux baiser, tandis que sa lèvre inférieure… Pleine et rebondit donne l’irrésistible envie de la caresser du bout des doigts. Son teint de pêche ne porte qu'une seule imperfection : Une étrange tache de naissance difforme sous l’oreille gauche.

Résumé court de votre histoire(2-3 lignes):
«Cher journal,

Cela fait maintenant une année, jour pour jour, que mon père est parti. J’ai désormais dix-huit ans et je suis orpheline. Du moins, c’est comme ça que les adultes de la ville parlent de moi. Je n’ai jamais eu de mère, mon père a «disparu» et je vis chez mon oncle, qui en fait n’est qu’un hybride sympathique qui nous a recueilli mon père et moi quand j’étais toute petite. Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.

Bon, je dois y aller. Oncle Ted et moi on sort demain, je veux être en forme.

Bonne nuit,
Bree»

Sur ce, l’adolescente rangea son journal dans le premier tiroir de sa commode et se glissa dans son lit. Sur le dos, la tête profondément enfoncée dans l’oreiller, les yeux rivés sur le plafond, elle attendait. Rien n’empêcherait la demoiselle de dormir, il faisait chaud, sombre et le bruit du ventilateur agissait comme un métronome l’entrainant inexorablement vers le sommeil.

***

La jeune femme se sentit secouée dans tous les sens, le haut de son corps était légèrement relevé et quelqu’un s’amusait à la ballotée dans tous les sens pour la réveiller. C’est alors qu’elle ouvrit les yeux.
«Oncle Ted? Que…Qu’est-ce que t-»
La jeune femme se tue subitement en apercevant une silhouette arpenter sa chambre d’un bout à l’autre. La dite silhouette s’afférait à remplir un sac, celui qu’elle trainait tous les jours à l’école pour être précise. Soudain, on ouvrit la lumière de sa chambre.
«PAPA!» La jeune femme bondit aussi tôt de son lit et sauta au coup de l’homme qui l’avait quitté un an plus tôt. Ce dernier passa ses bras autour d’elle et la serra fortement contre lui. Cette étreinte sembla durer une éternité, l’oncle de la demoiselle avait même eut le temps de finir le sac que son père avait commencé.
«Mais qu’est-ce qui ce passe? Où étais-tu?» Demanda finalement la jeune femme lorsqu’ils se séparèrent.
«Je n’ai pas le temps de tout t’expliquer pour le moment, mais on doit partir. Tout de suite.» Lui répondit seulement son père en lui prenant la main pour l’entraîner dans le couloir.
«Quoi? Pourquoi? Mais où tu veux aller?»
«Ne pose pas de question Bree, je t’expliquerai tout ça une fois en sécurité.»
«En sécurité?» S’étonna-t-elle en reprenant possession de sa main. «Nous ne sommes pas en sécurité ici?»
Son père et son oncle se regardèrent un moment, puis l’oncle Ted dévala l’escalier. Breena l’entendit très clairement mettre le bordel dans la cuisine pour ensuite aller dans le garage. Mais que pouvait-il bien se passer pour que son père réapparaisse en pleine nuit pour l’entraîner dans une fuite?
«Écoute Bree, c’est dangereux ici. On doit partir. Toi et oncle Ted, vous aller venir avec moi et je te promets… Non, je te jure, de tout t’expliquer une fois sur la route.»

La jeune femme se passa une main dans les cheveux, elle ne se souvenait pas d’avoir vu un jour son père aussi inquiet. Elle poussa donc un très long soupire et retourna dans sa chambre pour prendre le vieux livre où elle avait trouvé la lettre ainsi que son journal. Une fois de retour près de son père, celui-ci l’aida à tout mettre dans le sac qu’ils avaient préparé pour elle.
«Aller, on doit partir. Et vite!»
Sur ce, il reprit sa main et ils rejoignirent l’oncle Ted dans le garage. Voir son oncle sur le siège passager fit sonner l’alarme. Jamais, au grand jamais, oncle Ted n’avait laissé qui que ce soit conduire son pickup… Plus inquiète que jamais, l’adolescente grimpa dans le véhicule et s’installa sur les sièges arrière. Son père prit alors le volant et toute la famille prit la fuite. Mais qu’est-ce que les voisins allaient penser?

Son père lui avait promis de tout expliquer une fois sur la route, mais c’était un silence de mort qui régnait dans l’habitacle… Étrangement, Bree en était soulagée. Elle qui avait tant espérée obtenir des réponses, elle préférait pour le moment prendre le temps de se calmer. D’essayer de trouver un sens à tout ça…

Ils venaient de prendre la route, au beau milieu de la nuit. On l’avait réveillé et immédiatement fait monter dans la voiture… Elle portait encore en pyjama, un short en coton bleu et un haut à capuche noire- pour éviter de se réveiller avec un affro-, et c’était tout juste si elle avait eu le temps de mettre des chaussures. Que pouvait-il se passer pour qu’on ne lui laisse même pas le temps de se changer? Et oncle Ted… Lui qui était toujours aussi calme et paraissait toujours en contrôle… Il semblait paniqué, sondant le paysage qui défilait comme si le diable lui-même s’y cachait, près à surgir et les tuer…

C’est alors qu’elle les vit…
Au tournant d’une rue, son regard se figea sur une maison, puis une autre… La rue entière était ravagée. Des pelouses en feu, des fenêtres brisées, des portes défoncées… Une femme aux immenses oreilles canines sortie en courant de l’une des habitations, fonçant vers eux, mais au lieu de s’arrêter, son père accéléra et percuta de plein fouette l’inconnue.
«PAPA! MAIS QU’EST-CE QUE TU AS FAIS!!!!» S’écria la jeune femme en s’agrippant au siège avant. Comme s’ils ne l’avaient pas entendu, son père enclencha la marche arrière et s’éloigna du corps. «Papa!»
«Bree, tais-toi et rattache ta ceinture!»
«Mais..»
«J’ai dit, RATTACHE ta ceinture.» Ordonna-t-il avant de remettre la marche avant et de partir en trombe. Il évita soigneusement le corps qu’il avait frappé et s’engagea dans la première rue transversale qui se présenta à eux.
«Merde, Thomas, ils sont déjà là!»
«Je sais Ted, j’ai vu…»
«Qui!? Qui «est déjà là»? De quoi vous parlez?»
Son père et son oncle s’adressèrent de nouveau un regard, mais personne ne lui répondit. Elle avait l’impression d’être une très jeune enfant que des adultes tentent de garder à l’écart de leur conversation. Mais elle n’était plus une petite fille, pourquoi cherchaient-ils à la garder à l’écart?
«Papa, qu’est-ce qui se passe? Pour- ATTENTION!!!!»

Un homme ailé sorti de nulle part venait d’apparaitre sur la route, mais comme la dernière fois, au lieu de ralentir ou du moins éviter l’homme, son père ne fit qu’accélérer droit sur l’inconnu. Mais au dernier moment, trois autres hybrides mâles apparurent, ce qui força le père de la jeune femme à bifurquer. La manœuvre fut si brusque que le conducteur perdit le contrôle. Le pickup tourna plusieurs fois sur lui-même, si rapidement qu’il était impossible pour ses passagers de discerner quoi que ce soit à l’extérieur. Puis, il y eu impact.

La tête de Breena avait violemment heurté la fenêtre arrière, mais lorsqu’elle parvint enfin à retrouver l’usage de ses yeux elle ne vit que du sang. Partout sur elle, ses bras, ses jambes et ses vêtements, elle ne voyait que du sang… Cependant, mis à part un mal de tête horrible, elle n’avait mal nulle part. Grognant d’inconfort et d’effort, Breena réussit tant bien que mal à se détacher. Elle découvrit alors que sa porte était enfoncée dans un arbre, un très gros arbre, et vit que le parebrise du véhicule était complètement défoncé. Son regard s’accrocha alors sur les silhouettes à l’avant de la voiture. Elle reconnut rapidement son père et identifia les autres comme étant les hommes qui étaient sur la route…Mais… ILS SE BATTAEINT!!!

Jamais Bree n’aurait cru que son père puisse savoir se battre. Il donnait littéralement une déculotté à l’un des hommes tandis que les autres…
«Attention papa!!! PAPA!!!!»
C’est alors que son père se saisir d’une d’énorme branche et marteler l’un des hommes. Depuis quand son père était «un homme de terrain»? Bree n’avait jamais réellement su de quelle trempe était son père… Mais de là à savoir se battre avec une telle facilité…
*Il faut que je sorte de la…. Papa.. Il…*
Complètement désorientée, la demoiselle entreprit néanmoins de sortir du pickup de son oncle. Maladroite, elle se glissa entre les deux sièges avant, mais s’effondra sur le tableau de bord. C’est ainsi qu’elle comprit d’où venait tout le sang qui la couvrait. Complètement mortifiée, Breena dévisageait son oncle… Son regard perdu dans le vide, sa bouche ouverte et… Et les milliers de fragments de vers lui transperçant la peau. Ce n’était pas son sang à elle qui la couvrait, mais celui de son oncle…
«Oh mon dieu! AHHHHH! PAPA!!!!!!!» Paniqua subitement l’adolescente avant de se débattra avec elle-même et sa maladresse pour quitter le véhicule. Elle se tortillait dans tous les sens et donnait des coups sur toutes les surfaces qu’elle rencontrait pour s’aider à se propulser. Elle finit par se retrouver sur le capot du pickup et glissa jusque dans l’herbe.

Avec toutes les misères du monde, Breena parvint à se relever. Juste à temps pour voir l’un des inconnus briser la nuque son géniteur. Ça ne pouvait pas être arrivé. Ce ne pouvait pas être vrai…Son père…Son oncle…Ils ne pouvaient pas être morts…
«PAPAAAAA!!!» S’époumona l’adolescente en sentant son visage être inondé de larme et son corps être pris de violents tremblements. Un an…Un an qu’elle attendait de revoir son père. Un an et voilà ce qui arrivait…

L’attention des inconnus se porta rapidement sur elle et aussi tôt l’adolescente se précipita vers l’arrière du pickup. Les meurtriers de son père à ses trousses, Breena couru comme jamais elle ne l’avait fait et s’empressa de grimper sur le plateau de chargement du véhicule de feu son oncle. Sans perdre un instant, elle ouvrit le coffre près de l’habitacle et se saisit de la seule arme qu’elle put trouver : L’imposante massue dont se servait son oncle pour son travail.
Le premier qui fut à sa porter se reçut un coup en plein visage et en moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, il reçut un autre coup, cette fois sur la tempe.
«LAISSEZ-MOI TRANQUILE!!!» Leur hurla l’adolescente avant de resserrer son emprise sur son arme et asséner d’autre coup à l’inconnu le plus près.
Lorsque celui-ci se retrouva allongé de tout son long devant elle, peinant à retrouver ses moyens, le troisième inconnu se saisi de la jeune femme et la fit tomber du pickup. Sans attendre, il la releva et l’envoya contre l’arbre le plus près avant de se saisir de l’arme qu’elle avait utilisé contre son confrère.



Complètement secouée par sa seconde rencontre avec un arbre, Bree parvint néanmoins à se rouler sur le dos. Sa vue embrouillée ne lui permit que de distinguer deux paires de jambes s’approchant d’elle.
«Elle a intérêt à nous rapporter un joli pactole… Sinon, je la bute moi-même. Merde! J’y crois pas, c’était supposé être une chasse facile…»
Juste avant de sombrer dans l’inconscience, la jeune femme comprit qu’elle venait simplement d’être capturée par un de ces groupes détestables d’hybrides capturant des êtres humains pour les vendre comme esclaves…. Le noir l’engouffra et une petite voix au fond elle lui souhaitait de ne jamais se réveiller.

Personnage sur l'avatar: PSNI (personnage sexy non identifié)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'oeil

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 27/05/2011

MessageSujet: Re: «Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.» [Terminée~]   Mar 14 Aoû 2012 - 12:48

Wow très belle histoire... Avant de te donner ta nouvelle-chance peux-tu simplement me dire si tu comptes être une humaine rebelle ou gentille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breena Westburry

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 13/08/2012

Feuille de personnage
Quel animal réside en vous?: Homo sapiens
Phrase du jour! ☻: L'espoir nous fait vivre et nos déceptions nous font mourir....
Maitre/humain possédé ♥:

MessageSujet: Re: «Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.» [Terminée~]   Mar 14 Aoû 2012 - 13:46

Nous dirons «gentille», mais pas forcément docile étant donné l'histoire. Ça vous va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'oeil

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 27/05/2011

MessageSujet: Re: «Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.» [Terminée~]   Mar 14 Aoû 2012 - 19:21

Je te donne ta nouvelle chance, petite en espérant que celle-ci t’apporte plus de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: «Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.» [Terminée~]   

Revenir en haut Aller en bas
 
«Sortez les mouchoirs, ma vie est à pleurer.» [Terminée~]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mouchoirs en tissu...
» la sorcière avec la boîte de mouchoirs
» Boite à mouchoirs
» LES MOUCHOIRS D'INSTRUCTION MILITAIRES (Marine et Bateaux)
» Les petits mouchoirs !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Chance ~ :: Avant Tout :: Présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: